High School Memories/Souvenirs du lycée

Montgomery Central Indians

After a little more than two weeks the Mrs. and I left Mesa, Arizona on a flight to Atlanta. We got into the Atlanta airport and realized that their little airport train is quite useful. It would be a very long walk if you didn’t take that train. After waiting too long for the luggage, we went and got our rental car, programmed Grady’s address in the GPS and started our long drive from Georgia, across Alabama and into Mississippi.

I was really looking forward to seeing Grady. The last time we saw each other was around August 1972 after I finished Navy boot camp in Orlando, Florida and went home for a week before going on to the Great Lakes Naval Station for training.

Many people talk about high school as such a great time in their life. It wasn’t like that for me or for Grady. When I was 10 my Dad retired from the Navy and he had to choose between two dreams, buy a boat and sail around the world or buy a farm. Having three kids between five and fourteen, sailing around the world seemed a bit unrealistic so he decided to buy a farm and we moved from Rhode Island to Tennessee; Cunningham, Tennessee to be exact.

Why Tennessee, you might ask. Well Dad was from West Virginia and Mom was from Arkansas and we were about half way between their families. And since Dad wanted a farm we were way out in the country, where he bought about 80 acres and had a house built. We were so far out in the sticks we could see two houses in the distance, but we could only see the second one in the winter when the leaves fell.

Out in the country everyone knows everyone and everyone is related to everyone else through marriage. And I was just dropped into this one day. Those of a certain age might remember Green Acres, an old TV show with Eddie Albert and Eva Gabor. Well, it wasn’t that bad for us. Both of my parents came from the south and Mom never lost her southern accent even after 21 years travelling around in the navy.

But for me it was not easy. I had a strong Yankee accent from Rhode Island; I used to say ‘youse guys’ and spoke really fast, while everyone in the south says ‘y’all’ and drag it out like as if it were written ‘y’aaaaaalllllllll’. Needless to say I lost my Yankee accent but I never picked up the southern one.

I was quickly made to feel like a foreigner and I started getting educated about the ‘War of Northern Aggression.’ That’s what the Civil War is called in the south.  So there I found myself in this country junior high school in the sixth grade. I didn’t fit in, I had a Yankee accent, I was quite introverted after growing up moving from place to place, I was no good in sports, I had decent grades but I was no intellectual. Let’s just say that I was not a happy camper.

In the midst of this forced exile I met Grady and Clayton, two other outsiders. Grady moved there about the same time I did. He lived with his Grandmother but I think he had no other relatives there. And Clayton, I’m not sure how long he had been there but his mother was Native American and a lot of people gave him grief about that. I could never understand that. So what if his mother was Indian? What’s the big deal? Especially when our high school was the Montgomery Central Indians.

Anyway, I got through high school thanks to Grady and Clayton. After seeing Grady that last time after boot camp I lost contact with both of them and this was the age before internet when finding someone wasn’t easy. Grady and I somehow connected in the mid-90s and exchanged emails but then lost touch with each other. You know how it is, a computer crashes and you lose all of your email addresses. Then about a year ago Grady suddenly contacted me on facebook! How he found me I’ll never know. There are a lot of people with my name on facebook and if he had seen a picture of me he surely wouldn’t have recognized me.

But he found me! We chatted on facebook, we also did video chat on facebook and it felt just like the good ol’ days. So for my 60th birthday the Mrs. insisted that when we went to Mesa to see the grandkids, we would fly into Atlanta to see Grady and also visit my brother, Dan.

If we could find Clayton and get all three of us together, I’d be happier than a pig in mud.

But at least I had the chance to see Grady in person. So I happily drove across Alabama, although those speed limits could be raised a little bit, looking forward to seeing Grady for the first time in 42 years!

Après un peu plus de deux semaines Mme et moi ont quitté Mesa, Arizona avec un vol pour Atlanta. En arrivant à l’aéroport d’ Atlanta nous avons réalisé que le petit train de l’aéroport est bien utile. Ce serait une très longue balade à pied sans le train. Après avoir attendu assez longtemps pour nos bagages nous sommes allés chercher notre voiture de location, j’ai programmé l’adresse de Grady et nous avons commencé notre longue route de la Georgie, à travers l’Alabama jusqu’au Mississippi.

J’attendais avec impatience de voir Grady. La dernière fois que nous nous sommes vu c’était en aout 1972 quand j’ai terminé mon camp d’entrainement pour les nouvelles recrues de la Marine et que je suis rentré à la maison pour une semaine avant de repartir prés de Chicago pour plus d’entrainement.

Beaucoup de personnes parlent du lycée comme une époque super de leur vie. Ce n’était pas le cas pour moi ou pour Grady. Quand j’avais 10 ans mon père a pris sa retraite de la Marine et il devait choisir entre deux rêves, acheter un bateau et faire le tour du monde ou acheter une ferme. Ayant trois enfants entre 5 et 14 ans, faire le tour du monde en bateau semblait un peu irréaliste. Donc il a décidé d’acheter une ferme et nous avons déménagé de Rhode Island en Tennessee. Cunningham, Tennessee pour être précis.

Pourquoi le Tennessee, vous pouvez  vous demander. Eh bien, mon père était originaire de la Virginie Occidentale et ma mère était d’Arkansas et au Tennessee nous étions à égale distance entre les deux. Et vu que mon père voulait une ferme, nous étions à la campagne où il a acheté environ 32 hectares et il a fait construire une maison. Nous étions dans un trou si perdu qu’on voyait deux maisons dans la distance, mais on ne voyait la deuxième maison seulement qu’en hiver quand les feuilles tombaient.

A la campagne tout le monde se connait et tout le monde est lié par le mariage. Et un jour je suis tombé dedans comme un cheveu dans la soupe. Ceux d’un certain âge peuvent se rappeler des ‘ Arpents verts’ une série américaine sur un couple de la ville de New York qui déménage à la campagne. Ce n’était pas aussi difficile pour notre famille. Mes deux parents venaient du sud et ma mère n’avait pas perdu son accent du sud même après 21 ans de voyage dans la marine.

Mais pour moi ce n’était pas facile. J’avais un fort accent ‘yankee’ de Rhode Island et je parlais vite. Mais dans le sud on parle lentement, très lentement. On m’a fait sentir que j’étais un étranger et on m’a éduqué sur le sujet de la ‘Guerre d’agression des nordistes’. C’est comme ça qu’on parle de la Guerre de Sécession dans le sud.

Donc je me trouvais dans ce collège à la campagne. Je ne faisais pas partie de leur monde, j’avais un accent du nord, j’étais assez introverti après tout les déménagements que nous avions fait dans la marine, je n’étais pas sportif, j’avais des bonnes notes mais je n’étais pas un intello. Disons que ce n’était pas la vie en rose.

Dans cette exil forcé j’ai rencontré Grady et Clayton, deux autres étrangers. Grady est arrivé environ en même temps que moi. Il habitait avec sa Grand-Mère et je pense qu’ il n’avait pas d’autre famille dans le coin. Et Clayton, je ne suis pas sûr depuis combien de temps il était là mais sa mère était une américaine indienne il était rejeté par beaucoup à cause de ça. Je ne comprenais pas cette attitude. Sa mère était une indienne, et alors? Pourquoi en faire toute une histoire? Surtout sachant que notre lycée s’appelait ‘ les Indiens de Montgomery Central’.

En tout cas, j’ai survécu au lycée grâce à Grady et Clayton.  Après avoir vu Grady la dernière fois après mon camp d’entrainement pour la marine, j’ai perdu contact avec les deux. Et c’était l’époque avant internet quand c’était très difficile de trouver quelqu’un. Grady est arrivé à me trouver au milieu des années 90 et nous avons échangé des emails puis on a perdu le contact. Vous savez comment ça se passe, l’ordinateur crache et vous perdez toutes vos adresses. Subitement il y a un an Grady m’a retrouvé sur facebook! Je ne comprendrai jamais comment il m’a retrouvé. Il y a beaucoup de monde avec mon nom sur facebook et s’il avait vu une photo de moi, je ne pense pas qu’il aurait été capable de me reconnaitre.

Mais il m’a trouvé! On a chatté sur facebook, on a aussi fait des chats vidéos et c’était vraiment comme le bon vieux temps. Donc pour mon 60ème anniversaire Mme a insisté qu’ après notre visite chez les petits-enfants, nous prenions le temps pour faire un tour sur la côte est pour voir Grady et rendre visite à mon frère, Dan.

Si on été arrivait à retrouver Clayton et si on avait pu se voir tous ensemble, j’aurai littéralement  sauté de joie.

Mais au moins j’ai eu la possibilité de voir Grady en personne. J’ai donc fais la route à travers l’Alabama avec beaucoup de joie, malgré  la limite de vitesse aux USA qui demanderait vraiment à être rehausser, attendant avec impatience de revoir Grady pour la première fois depuis 1972.

 

Advertisements

2 Comments

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s