To Our American Band of Brothers…

101st

(Descendez pour la traduction en français.)

The last few weeks of December I’m usually swamped. I had five English classes at the University this term and with preparing my end of semester quizzes followed by the final exams; I have so many papers to grade. And, of course, I’m expected to turn in the final grades in a short period of time.

So I’ve recently been looking at my blog day after day thinking, “I really need to put up a new post,” but I’m not going to put one up unless I’m satisfied that it’s well done. And I just don’t have time right now.

So I’m going to the next best thing. I came across an interesting post on Warrior Lodge ( http://www.warriorlodge.com/blogs/news/16298760-a-french-soldiers-view-of-us-soldiers-in-afghanistan ), the translation of an article by a French soldier who stationed with American forces in Afghanistan in 2008.

The French have a reputation of being anti-American and as an American living in France I have to say they have earned that reputation. But this French soldier humbly points out that the American soldiers he was stationed with are excellent soldiers, which he even considers superior to the “greatest generation” soldiers of WWII or even the special forces of the Vietnam War era.

And as I like to do bi-lingual posts, I am very pleased that a link to the original article in French was included.

Some might think that a post on the US military in Afghanistan is a funny choice of a subject just before Christmas. I prefer seeing this post as an example of how someone taking the time to live with people from a different culture can come to see them in a new light.

To Our American Band of Brothers

We have shared our daily life with two US units for quite a while – they are the first and fourth companies of a prestigious infantry battalion whose name I will withhold for the sake of military secrecy. To the common man it is a unit just like any other. But we live with them and got to know them, and we henceforth know that we have the honor to live with one of the most renowned units of the US Army – one that the movies brought to the public as a series showing “ordinary soldiers thrust into extraordinary events”. Who are they, those soldiers from abroad, how is their daily life, and what support do they bring to the men of our OMLT (Operational Mentor and Liaison Team) every day? A few of them belong to Easy Company, the one the TV series focuses on. This one nowadays is named Echo Company, and it has become the support company.

They have a terribly strong American accent – from our point of view the language they speak is not even English. How many times did I have to write down what I wanted to say rather than waste precious minutes trying various pronunciations of a seemingly common word? Whatever State they are from, no two accents are alike and they even admit that in some crisis situations they have difficulties understanding each other. Heavily built, fed at the earliest age with Gatorade, proteins and creatine – they are all heads and shoulders taller than us and their muscles remind us of Rambo. Our frames are amusingly skinny to them – we are wimps, even the strongest of us – and because of that they often mistake us for Afghans.

And they are impressive warriors! We have not come across bad ones, as strange at it may seem to you when you know how critical French people can be. Even if some of them are a bit on the heavy side, all of them provide us everyday with lessons in infantry know-how. Beyond the wearing of a combat kit that never seems to discomfort them (helmet strap, helmet, combat goggles, rifles etc.) the long hours of watch at the outpost never seem to annoy them in the slightest. On the one square meter wooden tower above the perimeter wall they stand the five consecutive hours in full battle rattle and night vision goggles on top, their sight unmoving in the directions of likely danger. No distractions, no pauses, they are like statues nights and days. At night, all movements are performed in the dark – only a handful of subdued red lights indicate the occasional presence of a soldier on the move. Same with the vehicles whose lights are covered – everything happens in pitch dark even filling the fuel tanks with the Japy pump. Here we discover America as it is often depicted: their values are taken to their paroxysm, often amplified by promiscuity and the loneliness of this outpost in the middle of that Afghan valley.

And combat? If you have seen Rambo you have seen it all – always coming to the rescue when one of our teams gets in trouble, and always in the shortest delay. That is one of their tricks: they switch from T-shirt and sandals to combat ready in three minutes. Arriving in contact with the enemy, the way they fight is simple and disconcerting: they just charge! They disembark and assault in stride, they bomb first and ask questions later – which cuts any pussyfooting short. Honor, motherland – everything here reminds of that: the American flag floating in the wind above the outpost, just like the one on the post parcels. Even if recruits often originate from the heart of American cities and gang territory, no one here has any goal other than to hold high and proud the star spangled banner. Each man knows he can count on the support of a whole people who provide them through the mail all that an American could miss in such a remote front-line location: books, chewing gum, razorblades, Gatorade, toothpaste etc. in such way that every man is aware of how much the American people backs him in his difficult mission. And that is a first shock to our preconceptions: the American soldier is no individualist. The team, the group, the combat team are the focus of all his attention.

We seldom hear any harsh word, and from 5 AM onwards the camp chores are performed in beautiful order and always with excellent spirit. A passing American helicopter stops near a stranded vehicle just to check that everything is alright; an American combat team will rush to support ours before even knowing how dangerous the mission is – from what we have been given to witness, the American soldier is a beautiful and worthy heir to those who liberated France and Europe.

To those who bestow us with the honor of sharing their combat outposts and who everyday give proof of their military excellence, to those who pay the daily tribute of America’s army’s deployment on Afghan soil, to those whom we owe this article, ourselves hoping that we will always remain worthy of them and to always continue hearing them say that we are all the same “band of brothers”.

band-of-brothers-wallpaper-3_large

Fin décembre je suis toujours débordé de travail. J’ai eu cinq cours d’anglais à l’université ce semestre et avec la préparation de mes interros de fin de semestre plus les examens, j’ai tellement de copies à noter. Et, bien sur, on attend les notes finales dans le plus bref délai.

Récemment, je regardais mon blog jour après jour en pensant, “je devrais vraiment mettre un nouveau sujet”, mais je ne mettrai un sujet que si je suis satisfait qu’il soit bien fait. Hélas, je n’ai pas le temps d’en faire en ce moment.

Donc, à défaut j’ai trouvé un sujet intéressant sur le site,  http://web.archive.org/web/20080924130640/http://omlt3-kdk3.over-blog.com/article-22935665.html , écrit par un soldat français qui était stationné avec des forces américaines en Afghanistan en 2008.

Les français ont une réputation d’être anti-américain et, en tant qu’américain qui habite en France, je dirais qu’ils ont bien mérité cette réputation. Mais ce soldat français dit, en tout humilité, que les américains, avec qui il a partagé sa vie, étaient des excellents soldats. Il les considère comme supérieurs aux GIs de la deuxième guerre mondiale ou ceux des forces spéciales au Vietnam.

Certains pourraient penser qu’un sujet sur des soldats américains en Afghanistan est un drôle de choix juste avant Noël. Mais je préfère voir ce sujet comme un témoignage de quelqu’un qui prend le temps de vivre avec ceux d’une différente culture et arrive à les voir sous un nouveau jour.

à Nos frères d’armes américain

Depuis quelques temps déjà nous partageons notre quotidien avec deux unités américaines, la première et la quatrième compagnie d’un bataillon d’infanterie oh combien prestigieux mais dont le nom ne peut être cité ici pour cause de secret militaire. Pour le commun des mortels, c’est une unité comme une autre. Pour nous qui vivons avec eux et qui avons appris à les connaître, nous savons désormais que nous avons l’honneur de vivre aux cotés de deux des unités les plus connues de l’armée américaine, que le grand écran a fait connaître au public sous la forme d’une série de films traitant de « soldats ordinaires qui vivent une histoire extraordinaire ».

Qui sont-ils, ces soldats d’outre Atlantique, quel est leur quotidien et quel soutien apportent-ils quotidiennement à nos hommes des ELTO (Équipe de Liaison et de Tutorat Opérationnel) ? Peu d’entre eux appartiennent à l’Easy Company, cette compagnie qui est le centre d’intérêt de la série télévisée. Celle-ci porte désormais le nom d’ECHO Company, et elle est devenue par la force des choses la compagnie d’appui et de soutien.

Un accent terriblement marqué. Ils sont américains. Entendez par là qu’ils ne parlent pas anglais. Combien de fois a-t-il fallu leur écrire ce que j’avais à leur dire plutôt que de perdre de précieuses minutes à essayer plusieurs prononciations pour un mot qui pouvait sembler banal ? Quel que soit l’état dont ils sont originaires, on ne retrouve jamais le même accent et même eux avouent que dans certaines situations de crise ils ont du mal à se comprendre entre eux.

Des armoires normandes. Dopés dès leur plus jeune âge à la GATORADE (boisson énergétique reconstituante), à la protéine et à la créatine, ils font tous deux têtes de plus que nous et leur musculature rappelle celle de Rambo à ses plus belles heures. On a donc déjà ce handicap qui les amuse tant, mais qui souvent nous fait confondre avec les afghans : on est des ablettes, même pour le plus baraqué d’entre nous.

Des valeurs sûres. Ici on découvre l’Amérique, comme souvent elle est dépeinte : les valeurs qui sont les leurs sont ici portées à leur paroxysme, amplifiées par la promiscuité et la solitude du poste au milieu de cette vallée Afghane. Honneur, Patrie. Tout ici le rappelle : le drapeau américain déployé au vent au dessus du poste avancé comme celui dessiné sur les colis postaux. Si le recrutement se fait souvent au cœur des cités américaines noyautées par les gangs, personne ici n’a d’autre objectif que de porter haut et fier la bannière étoilée. Chacun se sait soutenu par tout un peuple, qui le leur rend bien en leur envoyant de manière anonyme tout ce dont un soldat pourrait venir à manquer au front : livres, chewing-gums, lames de rasoir, boissons en poudre (GATORADE bien sûr !), dentifrice etc. tant et si bien que chacun se sait soutenu dans la difficile mission qui est la sienne. C’est bien là le premier choc aux idées reçues : le soldat américain n’est pas individualiste. L’équipe, le groupe, la section de combat sont le centre de toute son attention.

Et quels soldats ! Nous n’en avons pas croisé de mauvais. Etrange quand on sait combien nous savons être critiques ! Même si certains d’entre eux affichent un léger embonpoint, tous nous donnent des leçons de savoirs faire d’infanterie au quotidien. Au-delà du port de la tenue de combat qui ne semble jamais les importuner (jugulaire de casque, casque, lunettes de combat, fusil) les longues heures de garde du poste avancé ne semblent pas les déranger outre mesure. Pour seule présence une tour en bois d’un mètre carré de surface jetée au dessus des murs d’enceinte pour 5 heures de garde consécutives avec le barda complet –la jumelle de vision de nuit pour la nuit en sus- et toujours le regard vissé sur la direction d’où pourrait venir le danger. Pas de distraction, pas de pause, de véritables statues. Idem pour le poste avancé dès que la nuit tombe. Tous les déplacements se font dans le noir : seules quelques lampes rouge nous indiquent la présence ici ou là d’un soldat en déplacement. Idem pour les véhicules dont les feux ont été masqués. Tout se fait dans le noir, pleins compris à la pompe JAPY. Et au combat me direz-vous ? Si vous avez vu RAMBO vous avez tout vu : toujours présents pour se porter à la rescousse quand une de nos équipes se trouve dans le pétrin, et toujours dans des délais très brefs. C’est un de leur secret : ils passent de la tenue claquette T-shirt à la tenue de combat en trois minutes, et arrivés à proximité de la position ennemie leur mode d’action est simple et déroutant : ils foncent ! Adeptes du débarqué assaut, ils bombardent d’abord et posent les questions ensuite, ce qui limite les tergiversations.

Ici, rarement un mot plus haut que l’autre, et dès 5 heures du matin les travaux d’intérêts généraux se font dans le plus bel ordre et sans jamais rechigner. Bref, de ce qui nous a été donné de voir, de l’hélicoptère de passage qui s’arrête à côté d’un véhicule en panne pour savoir si tout va bien aux sections de combat qui se portent en appui des nôtres avant même de savoir si la mission est périlleuse,  le soldat américain est un beau soldat, digne héritier de ceux qui libérèrent la France et l’Europe.

Pour ceux-là qui nous font l’honneur de nous accueillir dans leurs postes avancés de combat et qui tous les jours font preuve des plus belles qualités militaires, pour ceux-là qui paient tous les jours un lourd tribut au déploiement de l’armée des Etats-Unis d’Amérique sur le sol afghan, pour tous ceux-là nous leur devions bien cet article, en espérant à notre tour de ne jamais démériter et de pouvoir continuer à leur entendre dire que nous sommes tous de la même « band of brothers ».

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s