Dealing with Paris terror attacks

attentats-carillon-hommage

(Decendez pour la traduction en Français.)

I have been too busy since August to do anything with my blog but recent events in Paris push me to express two points that have been spinning around in my mind this past week.

The first point is the pessimistic, victimized way everyone is speaking about these events. On November 19th the French Prime Minister, Manuel Valls said of the November 13th terrorist attacks, “The operation was meticulously prepared and it was methodically executed.”

While I agree that the operation was meticulously prepared, I would like us to give second thought to this supposed ‘methodical execution.’ Was the execution of this operation a great success for ISIS?

The three suicide bombers around the stadium north of Paris blew themselves up and only killed one other person. The attack was meticulously prepared but something went totally wrong with the execution. Their goal was surely to either blow themselves up outside the stadium as the spectators were arriving or to go into the stadium and blow themselves up during the match. But for some unknown reason, for which we can be very thankful, they blew themselves up after everyone went into the stadium and they did not get in.

This is not methodical execution.

And what about the Bataclan, was that part of their project ‘methodically executed?’ Three men with automatic weapons go into a theater which seats 1,500 people and only 89 were killed. I do not want to seem callous when I say that. The loss of 89 lives is terrible but it is a minor miracle that the number was not much higher. These “wannabe” terrorists did not seem to have the heart to kill their hostages. There are some testimonies of people who were allowed to leave. This team was not capable of causing the amount of death and mayhem that their Syrian handlers wanted to see.

This is not methodical execution.

The third team which drove around shooting up restaurants was the best example of methodical execution. But at the end the only surviving terrorist of the three teams could not take the final step of blowing himself up. ISIS released a statement claiming responsibility for the attacks and praised the eight brothers who were declared martyrs for detonating their explosive belts. But only seven of the eight terrorists blew themselves up. Salah Abdeslam did not blow himself up and phoned a friend in Belgium asking him to drive down to Paris and pick him up. His inability to follow through to the end gave French and Belgian investigators the opportunity of quickly understanding a lot of the logistics behind the attacks and to weaken this international network.

So while the third team did show methodical execution, Salah Abdeslam, another ‘wannabe’ terrorist, realized he didn’t have what it takes.

So, please, let us stop speaking about these terrorist as if they are so capable and methodical. We do need to be careful; we do need to be prepared. Their operations are often meticulously prepared. But their execution is not always methodical, often made up of ‘wannabe’ terrorists who don’t know what they are doing and are just as scared as we are.

Let us be grateful that the death toll was not much higher. It could easily have gone over 200.

In reaction to the January attacks, the French had a much more upbeat attitude, “We’re still here and we’re not afraid. Life goes on and we won’t let you get us down.”  We need to reawaken that defiant, in-your-face, French pride once again. John Oliver, a British humorist, expressed this quite well in his vulgar but funny tirade (see below, I am terribly sorry if anyone is offended by the language) about the terrorists.

My second point is about how to respond to these attacks. I am for the military strikes against ISIS, I am even for cooperation with the Russians even though I think Putin is an extremely dangerous man. Military action to limit the growth and the organization of ISIS is necessary. I am also for the Anonymous hackers group targeting them. If they can reveal their financial information and hurt them financially, that would be great.

But what is the best response for your average man or woman when faced with such violent, barbaric and immoral behavior? First of all, turn off your TV and spend time with family and friends, get out in nature and take a walk. Spending too much time in front your TV, watching non-stop coverage of these events, the same shocking footage, the same depressing information, will definitely make you feel negative and miserable.

To pull yourself out of that negative, miserable state of mind I would suggest; avoid fear, anger, hatred and a desire for revenge. Those emotions work against the person who has them. As a wise being once said, ““Fear is the path to the dark side. Fear leads to anger. Anger leads to hate. Hate leads to suffering.”

And, please, let us avoid becoming anti-Islamic. These terrorist do not represent Islam any more than the Inquisition represented Christianity. They have killed a large number of Muslims in Iraq and Syria and blown up mosques of those they don’t consider ‘true Muslims.’ They also target Muslims in France who they don’t consider ‘true Muslims.’

What we all need in our hearts now is compassion, compassion for the victims, their families, their friends and even for the families of the terrorists. The weight of having a child that became a terrorist would be a very heavy burden to carry.

And we also need forgiveness in our hearts. I am sure a lot of people will reject this statement. How to forgive the unforgivable? What needs to kept in mind is that he who forgives liberates himself. If I hold onto the fear, hatred, anger and a desire for revenge I am only hurting myself. Sometimes the person who has hurt us does not even realize he has hurt us. I am holding hatred and anger, feeling terrible and the other person is getting on with his life with the feeling that everything is fine. Or the other person has made amends and feels that all is forgiven, while I hold onto hatred and anger. I am only making myself miserable.

When Jesus prayed, “Father, forgive them they know not what they do.”, he was right. They did not know what they were doing. The Roman soldiers were just following orders. Jesus was just another rabble-rouser and the Roman Empire had a way of dealing with that kind of person. The Scribes and Pharisees and the people who had called for Jesus’ crucifixion had no idea who Jesus was and why he was important. They had made the greatest mistake possible. Jesus did not waste his time thinking about their mistake, they truly had no idea of the mistake they were making. Jesus simply forgave them and by forgiving them he liberated himself.

In the same way, we need to forgive these terrorists. These people have had their minds twisted and manipulated and can no longer see right from wrong. As the expression says, “There but for the grace of God go I.” In different circumstances any one of us could be pushed over the edge to do such things. Of course, many will react saying “never”, “not me”, etc. But that shows how little we really know ourselves. In an extreme situation any of us could become very different people.

And to compassion and forgiveness I would add the importance of prayer and/or meditation. In the past week I have seen people on both sides of the Atlantic responding to #prayforparis with comments like, “a lot of good that will do” or “we are French, we don’t need your prayers, we don’t need your religion”.

I strongly believe in the power of prayer and meditation. Not selfish prayer that Janis Joplin parodied, “Oh Lord won’t you give me a Mercedes Benz, my friends all drive Porsche I must make amends.” We are called to pray for others with a sincere attitude, wanting what is best for them. Our prayers can offer support to those who lost their lives in the terrorist attacks. I also believe in life after death, their path continues and our prayers can offer support and encouragement as they make this unexpected, new beginning. Our prayers offer support to the families and friends of those who were killed, support to those who were wounded and to those who were present and were not injured but have been deeply shocked and troubled by this traumatic experience. And, as I mentioned before, the families of the killed terrorists need support. They probably raised their child hoping he/she would become a good person and then one day the unthinkable happens; their child has gone in a direction that the parents would never have believed possible.

We also need to pray for those young people who are attracted by ISIS that their conscience can help them feel that there is something not right about this group, that this is not the direction they want their life to go. Some of those terrorists on November 13th might have been struggling with their conscience and that might be why some of those in the Bataclan let some people run away and didn’t keep killing even when they had the time.

Compassion, forgiveness and prayer; those are our best response as individuals when confronted by the unacceptable.  If we go the way of fear, anger, hatred and revenge, we are following the path of the terrorist. I, for one, do not want to go down that path.

 

 

FAIRE FACE AUX ATTAQUES TERRORISTES A PARIS

J’ai été trop occupé depuis le mois d’aout  pour travailler sur mon blog mais les événements récents de Paris me poussent à exprimer deux points qui tournent dans ma tête depuis cette semaine.

Le premier point est à propos de l’attitude pessimiste et de celle d’être une victime qui transparaît en France, quand on parle de ces événements. Le 19 novembre le Premier Ministre, Manuel Valls, a dit, « L’opération était minutieusement planifiée. Elle a été méthodiquement exécutée. »

Bien que je sois d’accord avec le fait que l’opération ait été minutieusement planifiée, j’aimerais que l’on reconsidère cette ‘exécution méthodique.’ L’exécution de cette opération est-elle un grand succès pour Daesh ?

Les trois kamikazes autour du Stade de France se sont fait exploser et ils n’ont tué qu’une seule personne. L’attaque a été minutieusement planifiée mais quelque chose ne s’est pas passé comme prévu avec l’exécution. Leur but a surement été, soit de se faire exploser au milieu de la foule de personnes qui arrivait pour le match de foot ,soit d’entrer dans le stade avec la foule pour se faire exploser pendant le match. Mais pour une raison inconnue, pour laquelle nous pouvons être très reconnaissants, ils se sont fait exploser après que tout le monde soit entré dans le stade et qu’eux-mêmes n’y soient pas entrés.

Ce n’est pas une exécution méthodique.

Et pour le Bataclan, est-ce que cette partie de leur projet a été « méthodiquement exécutée ? » Trois hommes avec des armes automatiques entrent dans un théâtre bondé, d’une capacité de 1500 personnes, et seulement 89 d’entre elles sont tuées. Je ne veux pas sembler être sans cœur en disant cela. La perte de 89 vies est horrible mais c’est un vrai miracle que le nombre de morts n’ait pas été beaucoup plus élevé. Ces soi-disant terroristes ne semblaient pas avoir le cœur de tuer leurs otages. Il y a eu des témoignages de personnes que les terroristes ont laissé s’échapper du Bataclan. Cette équipe n’a pas été capable de faire la mort et la détresse que leurs commanditaires voulaient voir.

Ce n’est pas une exécution méthodique.

La troisième équipe qui se déplaçait en voiture pour tirer sur des restaurants a été le meilleur exemple de l’exécution méthodique. Mais à la fin le seul terroriste survivant des trois équipes n’a pu franchir la dernière étape de se faire exploser lui-même. Daesh a revendiqué la responsabilité pour ces attaques en louant les huit frères qui ont été déclaré martyrs pour avoir déclenché leur ceinture explosive. Mais seulement sept des huit terroristes se sont faire exploser. Salah Abdeslam n’a pas actionné sa ceinture explosive et il a téléphoné à un ami en Belgique, lui demandant de venir le chercher à Paris en voiture. Son incapacité de franchir la dernière étape a donné aux investigateurs français et belges la possibilité de rapidement comprendre une bonne partie de la logistique derrière les attaques et d’affaiblir ce réseau international.

Bien que la troisième équipe ait bien montré une exécution méthodique, Salah Abdeslam, encore un soi-disant terroriste, a réalisé qu’il n’avait pas l’étoffe d’être un vrai terroriste.

Donc, s’il-vous-plait, arrêtons de parler de ces terroristes comme s’ils sont, si capable et méthodique. Nous avons besoin de faire attention, nous avons besoin d’être préparé. Leurs opérations sont souvent minutieusement planifiées. Mais, leur exécution n’est pas toujours méthodique, souvent composé de soi-disant terroristes qui ne savent pas ce qu’ils font et ont aussi peur que nous.

Soyons reconnaissant que le nombre de morts n’ait pas été beaucoup plus élevé. Il aurait pu facilement atteindre beaucoup plus que 200.

Après les attaques de janvier, nous avions eu une réaction beaucoup plus optimiste, « Nous sommes toujours ici et nous n’avons pas peur. La vie continue et nous ne vous laisserons pas nous abattre. » Nous avons besoin de réveiller cette fierté française défiante et confiante. John Oliver, un humoriste britannique, a très bien exprimé cet état d’esprit dans son diatribe grossier mais drôle (voir au-dessus) à propos des terroristes.

Mon deuxième point est sur le sujet : comment répondre à ces attaques. Je suis d’accord avec des frappes militaire sur ISIS, je suis même d’accord avec la coopération avec la Russie même si je pense que Putin est un homme extrêmement dangereux. Une action militaire pour limiter la croissance et l’organisation de Daesh est nécessaire. Je supporte aussi les efforts du groupe de hackers, Anonymous, de cibler Daesh. Si ce groupe peut révéler des détails sur leur financement et les gêner financièrement, ce serait formidable.

Mais quelle est la meilleure réponse pour une personne lambda quand il faut faire face à des actes si violents, barbares et immoraux ? Dans un premier temps, éteindre la télé et passer du temps avec sa famille et ses amis, sortir dans la nature et faire une balade. Passer trop de temps devant la télé à regarder les reportages sur ces événements en boucle, les mêmes images choquantes, les mêmes détails déprimants, et vous ne vous sentirez que négatif et misérable.

Pour vous sortir des cet état négatif et misérable je suggèrerais : éviter la peur, la colère, la haine et le désir pour la vengeance. Ces émotions ont un effet envers la personne qui les ressent. Comme un être très sage a dit, « La peur est le chemin vers le côté obscur : la peur mène à la colère, la colère mène à la haine, la haine… mène à la souffrance. »

Et, s’il vous plait, évitons de devenir anti-Islamique. Ces terroristes ne représentent pas plus l’Islam que l’Inquisition a représenté le Christianisme. Daesh a tué un grand nombre de Musulmans en Iraq et en Syrie et a fait sauter des mosquées de ceux qu’il ne considère pas être de « vrai Musulmans. » En France une de leurs cibles est les Musulmans qui ne sont pas considérés comme des « vrai Musulmans. »

Ce que nous avons tous besoin dans nos cœurs en ce moment, c’est de la compassion, compassion pour les victimes, leurs familles, leurs amis et même pour les familles des terroristes. Le poids d’avoir un enfant qui devient terroriste doit être très difficile à porter.

Et nous avons aussi besoin de pardon dans nos cœurs. Je suis sûr qu’un certain nombre de personnes rejettera cette affirmation. Comment pardonner l’impardonnable ? Ce qui doit-être compris et que la personne qui pardonne se libère. Si je garde la peur, la colère, la haine et le désir pour la vengeance je ne fais de mal qu’à moi-même. Parfois la personne qui nous blesse ne réalise même pas que nous  sommes blessés. Si je garde la peur et la colère en moi, je ne me sens pas bien pendant que l’autre personne, elle, avance dans sa vie avec le sentiment que tout va bien. Ou l’autre personne ayant fait amende honorable, pense que tout est pardonné, mais moi, je garde ma haine et ma colère en moi. Je ne fais que me rendre malheureux.

Quand Jésus a prié, « Père, pardonne-leur : ils ne savent ce qu’ils font. », il avait raison. Ils ne savaient vraiment pas ce qu’ils faisaient. Les soldats romans faisaient ce que leurs chefs ordonnaient. Jésus était simplement encore un autre agitateur et l’Empire romain avait sa façon de traiter de telles personnes. Les scribes et les Pharisiens et les personnes qui ont demandé que Jésus soit crucifié n’avaient aucune idée de qui Jésus était ou pourquoi il était important. Et pour cette raison ils ont fait la plus grande erreur possible. Jésus, lui, n’a pas perdu son temps en pensant à leur erreur, ils n’avaient vraiment aucune idée de ce qu’ils faisaient. Jésus les a simplement pardonné et en les pardonnant il s’est libéré.

De la même façon, nous avons besoin de pardonner à ces terroristes. Ils ont eu leurs pensées déformées et manipulées et ils ne peuvent plus reconnaître le bien du mal. Comme dit l’expression anglaise, « grâce à Dieu, je ne suis pas de leur nombre. » Dans des circonstances différentes n’importe qui parmi nous pourrait être poussé à faire quelque chose de similaire. Bien sûr, beaucoup réagiront en disant, « jamais », « pas moi, » etc. Cela montre à quel point nous ne nous connaissons pas. Dans une situation extrême n’importe qui peut devenir quelqu’un de très différent.

Et avec la compassion et le pardon, j’ajouterai l’importance de la prière et/ou de la méditation. Dans la semaine passée j’ai vu des personnes des deux côtés de l’Atlantique qui répondaient à #prierpourparis avec des commentaires comme, « ça ne sert à rien » ou « nous somme  Français, nous n’avons pas besoin de vos prières, ni de votre religion. »

Je crois fortement dans le pouvoir de la prière et de la méditation. Pas la prière égoïste que Janis Joplin à parodié, « Oh Lord won’t you give me a Mercedes Benz, my friends all drive a Porsche I must make amends. » Nous sommes appelés à prier pour les autres avec une attitude sincère, de vouloir ce qui est le mieux pour eux. Nos prières peuvent offrir un soutien à ceux qui ont perdu leur vie dans les attaques terroristes. Je crois également à la vie après la mort, leur chemin continue et nos prières peuvent offrir un soutien et un encouragement pendant cette période quand ils avancent vers un nouveau commencement inattendu. Nos prières offrent un soutien aux familles de ceux qui ont été tués, un soutien à ceux qui ont été blessés et à ceux qui étaient présents et ont échappé sans blessure mais ont été profondément choqués et troublés par cette expérience traumatique. Et, comme je l’ai dit auparavant, les familles des terroristes tués ont aussi besoin d’un soutien. Ces parents ont probablement élevé leur enfant en espérant qu’il deviendrait une bonne personne et puis un jour l’impensable arrive ; leur enfant est allé dans une direction qu’ils n’auraient jamais cru possible.

Nous avons aussi besoin de prier pour les jeunes qui sont attirés par Daesh, que leur conscience puisse les aider à ressentir que quelque chose n’est pas correct dans ce groupe, que ce n’est pas la direction qu’ils veulent suivre. Certains de ces terroristes, le 13 novembre ont dû être tiraillé par leur conscience et c’est pour cette raison, peut-être, que certains d’entre eux au Bataclan  ont laissé sortir des otages et qu’ils n’ont pas continué à les tuer même quand ils en avaient encore le temps.

La compassion, le pardon et la prière : ce sont nos meilleures réponses en tant qu’individu quand nous devons faire face à l’inacceptable. Si nous suivons le chemin de la peur, de la colère, de la haine et de la revanche, nous suivons le chemin de ces terroristes. Moi, je ne veux pas suivre ce chemin.

We are not yet what we shall be…

A road less traveled

(Descendez pour la traduction en Français.)

I came across a quote from Martin Luther in my Serenity Calendar that resonates with me.

Before sharing the quote with you, allow me a moment for a point of clarification. When surfing on the internet I often go into skim mode, picking up points here and there and sometimes missing important things. This is one of the challenges of the internet age, so much information coming at us that we can find it hard to take it all in.

My point of clarification is that the quote to come is from Martin Luther, not Martin Luther King. This is the kind of mistake I could make when in skim mode so I thought it best to bring it up.

And there could be some scratching their head thinking, “I know Martin Luther King, the ‘I have a dream’ guy. But who is Martin Luther.” He was (1843 – 1546) a German priest who disagreed with the Pope and certain teachings of the Catholic Church. He was threatened with excommunication by Pope Leo X in 1521, which usually kept dissenters in their place. But Luther wouldn’t back down, was excommunicated and went on to launch the Protestant reformation.

So, here’s his quote, “We are not yet what we shall be, but we are growing toward it, the process is not yet finished, but it is going on…”

In other words, our life is one long path of change, growth and development. We are not here to float around wherever the current might take us, like driftwood. We need to be moving forward with awareness of what is going on around us and, more importantly, within us.

We sometimes find ourselves in uncomfortable situations and, wanting to take the easy way out, we avoid them. But God, fate, life, karma or whatever name you choose, doesn’t like that. We will find ourselves facing a similar situation again. And if we avoid the second another will come up, until we finally realize that there is something we need to learn about ourselves. And once we begin to recognize this we can start to quickly learn the lesson the first time an uncomfortable situation comes up.

And with time and effort, situations, that would have seemed uncomfortable in the past, become easy to accept and learn from.

Our biggest struggle today, at least for those of us in developed nations, is that we live in a society in which everything is quick and easy. I need some information; I look it up on the web in no time at all. I should be able to find a job that pays well and doesn’t ask too much of me. I should be able to become rich and famous through shows like Survivor or The Voice or some cooking show. And too many people don’t like change. “I shouldn’t have to change. I’m fine the way I am. Everybody else needs to change, they don’t have a clue.” These people expect life to be one smooth ride with no bumps or potholes.

Unfortunately this is just not how life works. Of course we can see some people who seem to have success that way. But are they really happy? Or are they playing make-believe like I used to, playing cowboys and Indians when I was young. The trouble with that kind of instant success is that people are pretending to be happy with unexpected fame or fortune but it often goes to their head and their life becomes messed up.

When Luther says, “We are not yet what we shall be, but we are growing toward it, the process is not yet finished, but it is going on…”, he means that we are on a lifelong path to become the best person we can become. This path demands patience, perseverance, self-control, self-discovery, humility, compassion and love.

None of these qualities comes through a mentality of instant success and a lifestyle of easy living.

So, what will it be? Drifting through life following what is popular and what others are doing, looking for an easy life? Or purposefully moving through life on the long path of becoming a person of integrity?

Why does the second path take a whole lifetime? Because even after choosing it we can easily get distracted by what is popular, what others are doing and what seems easy. With time we’ll realize we got off track and then we need to start again. It’s not an easy path, but a path of continuous self-questioning and change. A path that is sometimes uncomfortable and demanding, yet after plowing through those challenges, it is the path that leaves one feeling the most at peace with oneself. And at the end of the day, isn’t that what counts the most?

 Lechiminlemoins

Nous ne sommes pas encore ce que nous serons…

J’ai trouvé une citation de Martin Luther dans mon calendrier de sérénité qui résonne en moi.

Avant de partager la citation avec vous, permettez-moi un point de clarification. En surfant sur internet je me mets souvent en mode lecture rapide, saisissant des points ici et là mais parfois sautant des points importants. Ceci est un des défis de l’âge d’internet, tant d’informations à digérer qu’il est difficile de tout capter.

Ma clarification est que la citation à venir est de Martin Luther and non pas de Martin Luther King. C’est le type d’erreur que je ferais en mode lecture rapide donc j’aimerais m’assurer que tout le monde comprend.

Il pourrait y avoir certains d’entre-vous se grattant leur tête en pensant, “Je connais Martin Luther King, le gars qui a dit ‘J’ai un rêve’.Mais c’est qui, Matin Luther?” C’ était un prêtre allemand (1843 – 1546) qui n’était pas d’accord avec le Pape et avec certains enseignements de l’Église catholique. On l’a menacé d’ une excommunication par le Pape Léon X en 1521, ce qui normalement dissuadait les dissidents. Mais Luther n’était pas du style à faire marche arrière, il a été excommunié et il a lancé la réforme protestante en Europe.

Voici sa citation, “Nous ne sommes pas encore ce que nous serons, mais nous progressons, le processus est en cours…”

En d’autres termes, notre vie est un long chemin de changements, de croissance et de développement. Nous ne sommes pas ici pour flotter sur le courant, comme du bois flotté. Nous avons besoin d’avancer avec conscience de ce qui se passe au tour de nous et, plus important, ce qui se passe à l’intérieur de nous.

Parfois nous nous trouvons dans des situations inconfortables et, voulant prendre le chemin facile, nous les évitons. Mais Dieu, le destin, la vie, le karma, ou quelque soit le nom que nous  donnons, n’aime pas cela. Puis nous nous retrouverons devant une situation similaire . Et si nous évitons de nouveau  cette situation inconfortable , une nouvelle  situation similaire apparaitra, jusqu’à ce que nous réalisions qu’il y a quelque chose à apprendre de cette situation. Une fois que nous comprenons, nous pouvons commencer à apprendre nos leçons dés la première situation.

Et avec le temps et  des efforts, des situations, qui avant aurait été difficile à supporter dans le passé, deviennent facile à accepter et les leçons plus facile à comprendre. J’ai besoin de renseignements, je les trouve tout de suite sur internet. Je devrais trouver un travail qui paie bien mais ne demande trop de moi. Je devrais être capable de devenir riche et célèbre à travers des émissions comme Koh Lanta, the Voice ou une émission de cuisine. Et trop de personnes n’aiment pas le changement. “Je n’ai pas besoin de changer. Je suis bien comme je suis. Les autres, par contre, ont vraiment besoin de changer. Ils ne comprennent strictement rien!” Ils attendent que la vie soit un chemin confortable sans dos d’âne, et sans  nids de poules.

Malheureusement la vie ne marche pas de cette façon. Bien sur, nous pouvons voir certaines personnes qui ont un succès de cette façon. Mais est-ce qu’ils sont vraiment heureux? Ou est-ce qu’ils jouent à faire semblant, comme on fait quand on est enfant jouant aux cowboys et aux indiens? Le problème de cette sorte de succès est qu’on fait comme si on est heureux avec l’argent et la célébrité inattendue puis ça nous monte à la tête et la vie devient une confusion totale.

Quand Luther dit, “Nous ne sommes pas encore ce que nous serons, mais nous progressons, le processus est en cours…”, il veut dire que nous sommes sur un chemin qui dure toute notre vie pour devenir la meilleure personne que nous pouvons être. Ce chemin exige la patience, la persévérance, le contrôle de soi, la connaissance de soi, l’humilité, la compassion et l’amour.

Aucun de ces qualités vient d’une mentalité de succès facile et d’un style de vie qui choisi la facilité.

Donc que choisissez-vous? Une vie d’errance en suivant ce qui est populaire et ce que les autres font, cherchant une vie de facilité? Ou avancer dans un but précis sur le long chemin pour devenir une personne intègre?

Pourquoi le deuxième chemin prend toute une vie? Car même après l’avoir choisi nous pouvons être distraits par ce qui est populaire, ce que les autres font et ce qui semble être facile. Avec le temps nous réaliserons que nous avons quitté le bon chemin et puis nous y retourneront. Ce n’est pas un chemin facile, mais un chemin d’une remise en question continue et de changements. Un chemin qui est parfois inconfortable et exigeant, cependant après avoir avancé péniblement à travers ces défis, c’est le chemin qui nous laisse avec le sentiment d’être en paix avec soi-même. Et, à la fin de la journée, n’est-ce pas cela qui compte avant tout?