I can’t get no satisfaction!

Satisfaction: The Rolling Stones

(Descendez pour la traduction en Français.)

A few days ago I saw a news report on French TV about the ‘clean eating’ movement in New York City with restaurants that guarentee their food is chemical and pesticide free. There are, in the US and in France, a growing number of vegitarians and vegans which is a good thing. We all need to make efforts to change our eating habits as many health problems are caused by the way we eat. The Mrs. and I eat less red meat, less carbohydrates and try to cut down on serving sizes.

Healthy eating is becoming the ‘new thing to do’. If you eat healthily you will be a happier person!

It’s funny how there is always a ‘new thing to do’ that will supposedly make us happy. But after a certain lapse of time people realize that they haven’t found lasting happiness or satisfaction from the ‘new thing to do.’ And they slowly drift away from it, looking for the next ‘new thing to do.’

Among previous ‘new things to do’ were sexual liberation, drugs and being anti-war in the 60s, disco and being anti-politicians in the 70s, being pro-homosexual and anti-AIDS in the 80s, getting a good university degree and making lots of money in the 90s, having the latest Apple gadget, getting lots of exercise and being overly-concerned about global warming in the 2000s and now it is being tolerant about anything and everything (except religion) and healthy eating.

Generation after generation we run after every possible way of being happy but few seem to find lasting happiness and satisfaction.

I think it is because our lives are totally out of balance. We focus only on the physical side in searching for happiness while totally ignoring the spiritual side of life. I believe that we are spiritual beings who spend around 80 years in this physical body and when our physical body stops working our spirit continues its existence in the spiritual world, paradise, Valhalla, Heaven, a better world or whatever you want to call it.

In our modern, developed society this way of thinking is seen as backwards, old-fashioned, outdated, superstitious, old folk’s tales, so on and so forth. But is our society an example of happy and satisfied people? Maybe the time has come to consider the idea that we are missing something important in our life.

Because I see life from the perspective that I am spirit and body, I have chosen to live in a way that gives spiritual food for my spirit as well as physical food for my body and spiritual exercise for my spirit as well as physical exercise for my body.

The result is that I am at peace with myself and the Mrs. (who shares this vision of life) and I are very happy together.

So by all means, get lots of exercise and be careful about what you eat. These are both very important things that we all need to do. But don’t forget to take care of your spirit. Read words that touch your soul and your heart, take time to pray and meditate. This is how you feed your spirit. And be careful what you let into your spirit from around you. We are surrounded by spiritual pollution.

Pornography is very bad for our spirit. It encourages a very selfish, materialistic vision that others are simply sexual objects for my pleasure. And much of what we see every day, while not being pornographic, reinforces this selfish, materialistic vision. We also take in too much violence in what we see every day, which hardens our hearts and keeps us from developing compassion.

And don’t forget to perform acts of kindness. This is how you exercise your spirit. If I only read, pray and meditate and I do not act upon it, I will eventually abandon spirituality saying it too is a ‘new thing to do’ that doesn’t make me happy. We can only find happiness through spirituality by acting upon it. It is when I live for others, forgetting myself, that I will find the happiness and satisfaction that I have been searching for.

It is time for us to rediscover this balance in life, taking care of the spirit as much, if not more, than we take care of the body. In my experience this is the way to deeper and lasting happiness and satisfaction .

The Voice: The Moody Blues

 Je n’ai pas de satisfaction!

Il y a quelques jours j’ai vu un reportage sur France 2 à propos du mouvement de ‘manger sainement’ à New York avec des restaurants qui garantissent que leur nourriture ne contient pas de produits chimiques ou de pesticides. Il y a, aux Etats-Unis et en France, un nombre croissant de végétariens et de végétaliens, ce qui est un changement positif. Nous avons, tous, besoin de changer nos habitudes alimentaires sachant que  beaucoup de problèmes de santé sont liés à notre façon de manger. Mme et moi mangeons moins de viande rouge, moins de glucides et prenons des quantités plus réduites.

Manger sainement devient la ‘nouvelle chose à faire.’ Si vous mangez sainement vous serez quelqu’un de plus heureux!

C’est drôle comment il y a toujours une ‘nouvelle chose à faire’ qui est supposée nous rendre plus heureux. Mais après un certain temps on réalise qu’on n’a trouvé ni bonheur, ni satisfaction avec cette ‘nouvelle chose à faire.’ Et lentement on se lasse et on cherche la prochaine ‘nouvelle chose à faire’.

Parmi les ‘nouvelles choses à faire’ du passé ont été la libération sexuelle, les drogues et le mouvement contre la guerre des année 60, le disco et le mouvement contre les politiques des années 70, être pour les homosexuels et contre le SIDA dans les années 80, obtenir un bon diplôme et gagner beaucoup d’argent dans les année 90, être le premier d’avoir la nouveauté d’Apple, garder une bonne forme physique et être hyper-concerné par le réchauffement global dans les années 2000 et maintenant c’est être tolérant pour tout (sauf la religion) et  manger sainement.

Génération après génération nous courons après tous les moyens possibles pour être heureux, cependant peu de personnes semblent trouver un bonheur et une satisfaction qui dure.

Je pense que le problème est que nous vivons avec un manque d’équilibre. Nous ne nous concentrons que sur le côté physique pour trouver le bonheur pendant que nous ignorions totalement le côté spirituel de la vie. Je crois que nous sommes des êtres spirituels qui passons environ 80 ans dans notre corps physique et quand notre corps physique ne marche plus, notre esprit continue son existence dans le monde spirituel, le paradis, Walhalla, le ciel, un monde meilleur ou ce qu’on veut bien l’appeler.

Dans notre société moderne et développée cette façon de voir la vie est vue comme dépassée, démodée, vieux jeu, superstitieuse, des histoires du passé, etc. Mais notre société, est-elle un exemple de personnes heureuses et satisfaites ? Peut-être que le temps est venu de considérer l’idée que nous nous manquons de quelque chose d’important dans notre vie.

Parce que je vois la vie  avec  la perspective que je suis esprit et corps, je choisis de vivre d’une façon qui donne une nourriture spirituelle pour mon esprit aussi bien qu’une nourriture physique pour mon corps et des exercices spirituels pour mon esprit aussi bien que des exercices physiques pour mon corps.

Le résultat est que je suis en paix avec moi-même et Mme (qui partage cette vision de la vie) et moi sommes très heureux ensemble.

Je vous prie, faites beaucoup d’exercices et faites attention à ce que vous mangez. Ce sont des choses importantes que nous devons tous faire. Mais n’oubliez pas de prendre soin de votre esprit. Lisez des paroles qui touchent votre âme et votre cœur, prenez le temps pour la prière et la méditation. C’est de cette façon que nous nourrissons notre esprit. Et faites attention à ce que vous laissez entrer dans votre esprit de l’extérieur. Nous sommes entourés par une pollution spirituelle.

La pornographie est néfaste pour notre esprit. Elle encourage une vision matérialiste et égoïste que les autres sont simplement des objets sexuels pour mon plaisir. Et beaucoup de choses que nous voyons tous les jours, bien qu’elles ne soient pas pornographique, renforce cette vision matérialiste et égoïste. Nous nous exposons aussi à trop de violence dans ce que nous regardons tous les jours. Ce qui durcit nos cœurs et nous laisse avec un manque de compassion.

Et n’oublions pas de faire de bonnes actions envers les autres. C’est la façon de donner de l’exercice à notre esprit. Si je ne fais que lire, prier et méditer et je n’agis pas, je finirais par abandonner la spiritualité en disant qu’elle est encore une des ‘nouvelles choses à faire’ qui ne me rends pas heureux et ne me satisfait pas. Nous ne trouvons le bonheur dans la spiritualité qu’en agissant. C’est quand je vis pour les autres, oubliant moi-même, que je vais trouver le bonheur et la satisfaction que je cherche depuis longtemps.

Le temps est venu pour nous de redécouvrir cet équilibre dans notre vie en prenant soin de notre esprit autant, sinon plus, que de notre corps. Dans mon expérience ceci est le chemin pour un bonheur profond et durable.

So you want to be happy….

Gandhi-happiness-

(Descendez pour la traduction en Français.)

…well, of course you want to be happy. Who doesn’t? So why does happiness prove to be so elusive?

Well, Arthur C. Brooks, of The New York Times, has some interesting news on this subject in his article, “A Formula for Happiness.”

He explains the University of Chicago’s General Social Survey, a study done every two years since 1972 that asks Americans how happy they are. And the results have been consistent over that period with about one third of Americans say they are “very happy”, around half say they are “pretty happy” and the remaining 10 – 15% say they are “not too happy.”

Mr. Brooks resumes recent studies to explain that about 50% of our happiness comes from our genes. Maybe this includes being raised by people with a happy outlook on life.

Then about 40% of our happiness comes from recent events; going on vacation, getting tickets to the concert you always wanted to see, winning a bowling trophy, etc. But this happiness is temporary. We can be very happy for a few days and then it fades away.

That leaves about 12% of our happiness, according to the study, and it would be good if this part is stable so that we don’t get depressed if nothing exciting has happened recently. Studies show that this 12% comes from four basic values that we should have in our lives: faith, family, community and work.

I’ve heard of studies that say people with faith are happier, healthier and have more stable marriages than people with no faith. So I understand that faith is important. And family is obviously important. As soon as we have a problem in our family we realize how important family is to our emotional and psychological health. Being part of a community is not necessarily a source of happiness if I am only a passive observer. But if I get involved, help and support others I will feel good.

And work! Yes, work is important for our happiness! We need to feel good about our work. If we don’t and we even begin feeling unhappy with work, it can lead to depression.

In conclusion, about 50% of our happiness is based on who we are and about 40% is based on temporary situations. If we manage to stabilize that remaining 12% we can keep our happiness even if other things are not going well. We need to focus on faith, family, community and work to be happy.

There you have it. Start paying attention to faith, family, community and work!

Here is the link to Mr. Brooks’ article.

bonheur-

Donc, vous voulez trouver le bonheur…

…mais bien sûr que vous voulez trouver le bonheur. Qui ne le veut pas? Pourquoi le bonheur semble être si insaisissable?

Arthur C. Brooks, du New Yorks Times, a des nouvelles intéressantes à ce sujet dans son article, ” Une formule pour le bonheur “.

Il explique l’Enquête sociale générale  de l’Université de Chicago, une étude qui est faite tous les deux ans depuis 1972 et qui demande aux Américains à quel point ils sont heureux. Et les résultats sont constants depuis toutes ces années avec environ un tiers des Américains qui se disent être ” très heureux “, environ une moitié qui se disent ” assez heureux ” et les 10 – 15% restants qui se disent ” pas si heureux”.

Mr. Brooks parle des études récentes pour dire qu’environ 50% de notre bonheur vient de nos gènes. Peut-être que cela inclus le fait d’être élevé dans des familles qui ont une perspective heureuse de la vie.

Puis environ 40% de notre bonheur vient des événements récents de la vie; partir en vacances, acheter des billets pour le concert que j’ai  toujours voulu voir, gagner le concours de pétanque, etc. Mais ce bonheur est temporaire. Nous pouvons être très heureux pendant quelques jours et puis ce bonheur s’efface.

Il reste, selon l’étude, environ 12% de notre bonheur et il est préférable que ce bonheur soit stable pour ne pas tomber en dépression si rien de bien n’est arrivé récemment. Les études montrent que ce bonheur vient de quatre valeurs de bases dont nous avons besoin dans nos vies; la foi, la famille, la communauté et le travail.

J’ai déjà entendu parler des études qui montrent que des personnes de foi sont plus heureuses, en meilleur santé et ont des mariages plus stables que ceux sans foi. Donc je comprends que la foi soit importante. Et la famille est évidemment importante. Dès que nous avons un problème familial, nous réalisons à quel point notre famille joue sur notre santé émotionnelle et psychologique. Faire partie d’une communauté n’est pas forcément une source de bonheur si je ne suis qu’un observateur passif. Mais si je m’implique pour aider et soutenir les autres je vais trouver mon bonheur.

Et le travail! Oui, le travail est important pour notre bonheur! Nous avons besoin de nous sentir bien dans notre travail. Si ce n’est pas le cas et si nous commençons à nous sentir malheureux au travail, cela peut conduire à une dépression.

En conclusion, environ 50% de notre bonheur est basé sur qui nous sommes  et environ 40% est basé sur des situations temporaires. Si nous arrivons à stabiliser les derniers 12% nous pouvons rester heureux même s’il y a d’autres problèmes dans notre vie. Nous avons besoin de nous concentrer sur la foi, la famille, la communauté et le travail.

Et voilà: commençons à faire attention à notre foi, notre famille, notre communauté et notre travail!

Voici un lien vers l’article de M. Brooks, désolé c’est en anglais.

Be happy today!

unhappyatwork

(Descendez pour la traduction en français.)

This morning my Happiness Calendar said, “Through hoping to be happy tomorrow, we forget to be happy today.”

I read this about 6:30 am and even that early I liked it. But I had a busy day ahead of me so off I went for a full day at the university, two and a half hours of oral exams in the morning, a two and a half hour final exam in the afternoon and then one hour more so two Monday students could make up the exam they missed. Then I was off to a meeting to plan the Sunday service at my church.

I got home a bit after 8 pm. I was tired. We had dinner and then I sat at my computer and I read my Happiness Calendar again: “Through hoping to be happy tomorrow, we forget to be happy today.”

I thought about how many people are always putting off their happiness till later. A lot of French people do this in their work life. They seem to think that you can’t be happy at work, you can only be happy when you go on vacation. They are always focused on their next vacation because then they will be able to enjoy themselves.

This is no way to go through life. To let day after day go by not feeling happy is enough to lead to depression or a nervous breakdown or divorce!

I find that rather sad. I’m a firm believer in being happy every day. Not necessarily something dramatic like winning the lottery or getting tickets to a concert that you’ve been waiting years to see. We need to find happiness in the small stuff. Seeing a sunrise, a sunset, a rainbow, a deer in a field, a hot-air balloon floating through the sky or watching happy children.

Children are incredible, they find happiness in anything. You give them a nice, big gift, they tear off the wrapping paper with a huge smile and they open it, look excited and start playing with the box like it’s the greatest thing since sliced bread. Children simply take in what life has to give them and find something wonderful (Let’s be realistic, I’m talking about happy children here. When they are not happy it’s a whole other story that I don’t want to get into…).

The point being that we need to keep that side of being happy like a child, to look at life and find joy in the small things. I am fortunate to be teaching at a university that has a lot of trees and bushes. Where I usually park there is even a row of kiwi bushes! Sometimes simply walking to or from my classes through the campus among the trees and fragrant bushes is enough to make me happy.

So, all of this flashed through my mind as I was sitting there tired and worn out in front of my computer, looking at my happiness calendar. It made me think, “Oh yeah, I was supposed to be happy today. Was I happy today?” And two things came to mind.

One was, as I finished the make-up exam and was ready to leave, I saw a colleague in the hallway. He arrived this morning as early as I did but he had to get up at 5:15 am, as he lives on the north side of Paris and our university is south-west of Paris. So I asked if he wanted me to take him to the train station. I could see he was happy that I offered as it’s about a fifteen minute walk and it was already dark out and only about 3° C (37° F°).

Then further up the hallway another colleague sticks her head out of her classroom and asks, “Can you take me, too???” “Of course,” I replied and off the three of us went. We talked a bit, I dropped them off at the station, they were happy and I was happy.

The second happy moment was when we had dinner this evening. We are very fortunate to usually have a really good atmosphere at the table when we eat. My son, 24, is a substitute English teacher (it runs in the family) and this evening he was telling us funny stories about his day. And then I told one or two from my day. We all laughed and enjoyed simply sharing dinner and conversation together.

So here I am in front of my computer and my Happiness Calendar really tired, but with a silly grin on my face thinking about those good moments during the day. And I can say that, yes, I am happy with my day and I feel good about it. What more can one ask of life!

 calvin&hobbesbox.jpg

Sois Heureux Aujourd’hui!

Ce matin mon calendrier du bonheur disait: “A force d’espérer être heureux demain, on en oublie de l’être aujourd’hui”.

J’ai lu ceci vers 6h30 du matin et même si tôt, j’ai trouvé ça bien. J’avais une journée remplie devant moi et je suis parti à la fac pour deux heures et demi d’examen oral le matin, un examen final de deux heures et demi l’après-midi suivi d’une heure de rattrapage pour deux étudiants de lundi qui n’étaient pas présents pour leur examen. Puis j’ai eu une réunion d’organisation pour le service du dimanche de mon église.

Je suis arrivé chez moi un peu après 20h. J’étais très fatigué. Nous avons mangé et puis je me suis installé devant mon ordinateur et j’ai relu mon calendrier du bonheur: “A force d’espérer être heureux demain, on en oublie de l’être aujourd’hui”.

J’ai pensé combien trop de personnes repoussent leur bonheur à plus tard. Beaucoup de Français font cela dans leur vie de travail. Ils semblent penser qu’on ne peut pas être heureux au travail, c’est seulement en vacances qu’on peut être heureux.

Ce n’est pas une bonne façon d’avancer dans la vie. De passer jours après jours  sans ressentir le bonheur pourrait amener quelqu’un vers la dépression, une crise de nerfs ou le divorce!

Je trouve ça plutôt triste. Je crois fermement à l’importance de trouver le bonheur dans la vie de tous les jours. Pas nécessairement quelque chose de dramatique comme gagner la loterie ou d’acheter les billets pour un concert qu’on veut voir depuis des années. Nous avons besoin de trouver le bonheur dans les petites choses. Voir un lever de soleil, un coucher de soleil, un arc en ciel, un cerf dans un champ, une montgolfière qui flotte dans le ciel ou de regarder des enfants heureux.

Les enfants sont incroyables, ils trouvent le bonheur partout. Vous leur donnez un bon, gros cadeau, ils arrachent le papier avec un grand sourire, ils sortent le jouet, ils ont l’air si excité et ils commencent à jouer avec la boite comme si c’était la meilleure chose qu’ils n’ont jamais vu. Les enfants ont la capacité de prendre ce que la vie leur donne et d’en faire quelque chose de formidable (Soyons réaliste, je parle ici des enfants heureux. Quand ils ne sont pas heureux, c’est toute une autre histoire et je ne veux pas aller dans cette direction…)

Le point est que nous avons besoin de garder cette capacité d’être heureux comme un enfant, de regarder la vie et de trouver le bonheur dans les petites choses. J’ai la chance d’enseigner dans une université qui a beaucoup d’arbres et d’arbustes. Là où je me gare habituellement il y a même une rangée d’arbustes de kiwi! Parfois simplement d’aller à pieds du parking à mes cours est assez pour me donner du bonheur.

Donc, tout cela m’est passé par l’esprit quand j’étais assis, fatigué et las, devant mon ordinateur regardant mon calendrier du bonheur. Ça m’a fait réfléchir, “Ah, oui,  j’aurais du trouver du bonheur aujourd’hui. Est-ce que je l’ai trouvé?” Et deux choses me sont venues à l’esprit.

La première, c’est quand j’ai terminé le rattrapage et que j’étais sur le point de partir, j’ai vu un collègue dans le couloir. Il est arrivé ce matin aussi tôt que moi mais lui, il a du se lever à 5h15, car il habite le coté nord de Paris et notre fac est au sud-ouest de Paris. J’ai demandé s’il voulait que je l’amène à la gare. J’ai vu qu’il était content parce que c’est à 15 minutes de marche, la nuit était déjà tombée et il ne faisait que 3° C dehors.

Puis un peu plus loin dans le couloir une autre collègue sort sa tête de sa salle de classe et demande, “Tu peux m’amener aussi?” “Bien sûr”, j’ai répondu et nous nous sommes mis en route. Nous avons discuté un peu, je les ai déposé à la gare, ils étaient heureux et j’étais heureux.

Le deuxième moment de bonheur ce fut le diner ce soir. Nous avons la chance de souvent avoir une bonne ambiance à table quand nous mangeons. Mon fils, 24 ans, est un professeur remplaçant  dans un lycée (nous avons l’anglais dans le sang) et ce soir il racontait des histoires drôle sur sa journée au lycée. Puis j’ai raconté une ou deux de ma journée. Nous avons bien rigolé et nous avons simplement passé un diner et une conversation agréable.

Donc me voici, avec un sourire bête, en pensant à ces bons moments pendant ma journée. Et je peux dire que, oui,  je suis content avec ma journée et je me sens bien. Quoi de plus peut-on demander de la vie?

 

All Good Things Come to an End?

thomas-edison

(Descendez pour la traduction en français.)

When I tore yesterday’s page off my happiness calendar this morning I read, “All good things come to an end? The worst, too!”

I liked that as soon as I read it. And it seems a good point for everyone to reflect upon.

I’m all for happiness. It could be my American heritage. We do consider the pursuit of happiness as one of the inalienable Rights endowed by our Creator in the Declaration of Independence.

But there’s a problem when someone begins thinking that life should be all happiness. Watching the news I too often see people who, when confronted with difficulty, express their disarray by asking, “What’s the government going to do for me?”

I don’t mean to be a party pooper but problems are part of life. Seasons change and we go from hot, happy,  lazy days on the beach in the summer, to cool, crisp autumn days of falling leaves, to windy, freezing days of little daylight in winter and then comes the happy days of new life in the spring; The circle of life (imagine Mufasa explaining this to Simba with the background music).

So, too, in life we can go from the happiness of a beautiful wedding and honeymoon, to the challenges of living with someone and realizing that he/she has funny ways of thinking and doing things (not to mention his/her family!), to misunderstandings and accusations with thoughts of ending what seems to be a big mistake. At that point one of two things can happen, either the divorce papers are signed and the circle is left incomplete, or the couple decides to accept and confront their difficulties and can break through into the happy days of a new beginning and a second honeymoon. The circle of life in all its splendor.

The problem is not our problems. It’s how we react to them. If I run away when I encounter problems, I risk spending my life without ever unpacking my suitcase. If I blame others when I stumble on difficulties, my spouse, my boss, the government, I risk spending my life alone. If I accept the situation and keep moving forward when I encounter obstacles, I risk having a fruitful life that will help me become a better person.

So many of the great people of history are great because they had the force of character to accept difficulties and to continue no matter what. This is what Thomas Edison meant when he said, “I have not failed. I’ve just found 10,000 ways that won’t work.” And it’s the example that Nelson Mandela set when he persevered during 27 years of prison, confident that his day would come.

There’s a difference between saying “All good things come to an end,” with head bent, brow furrowed and defeat in the voice, and saying it with head held high, a gleam in the eye and confidence in the voice. And it would be good to add, “The worst, too!”
lionking

Les Meilleures Choses Ont Une Fin?

Ce matin, quand j’ai ôté la page d’hier de mon calendrier du bonheur  j’ai lu, “Les meilleures choses ont une fin? Les pires aussi!”
J’ai aimais cette phrase aussitôt que je l’ai lu. Et cela me semble un bon point de réflexion pour tout le monde.
Je suis un fan du bonheur. C’est peut-être mon héritage américain. Nous considérons la recherche du bonheur comme un des droits inaliénable donné par notre Créateur dans la Déclaration de l’Indépendance.
 Mais il y a un problème quand quelqu’un commence à penser que la vie ne devrait être que du bonheur. En regardant les nouvelles je vois trop souvent des gens qui, quand ils se trouvent devant des difficultés, expriment leur désarroi en demandant, “Qu’est ce le gouvernement va faire pour moi?”
Je ne veux pas être un rabat-joie mais les problèmes font partie de la vie. Les saisons changent et nous allons des jours chaud et heureux sur la plage pendant l’été, aux jours frais et vifs de l’automne, aux jours venteux et frigides avec peu de lumière de l’hiver, aux jours heureux de nouvelle vie du printemps; Le cycle de la vie (imaginez Mufasa qui explique cela à Simba avec la musique de fond).
Ainsi dans la vie on peut aller du bonheur d’un mariage de rêve et de sa lune de miel, au défi de vivre avec quelqu’un et de découvrir qu’il/elle a une drôle de façon de voir et de faire les choses (sans parler de sa famille!), aux mésententes et aux accusations avec des pensées de terminer ce qui semble avoir été une mauvaise idée. A ce point une de ces deux choses peut arriver, soit les papiers du divorce sont signés et le cycle reste incomplet, soit le couple décide d’accepter et de confronter ses difficultés et il peut percer les problèmes pour retourner dans les jours de bonheur d’un nouveau commencement et d’une seconde lune de miel. Le cycle de la vie dans toute sa splendeur!
Le problème n’est pas “nos problèmes”. C’est la façon dont nous réagissons face à eux. Si je m’enfuis quand je rencontre des problèmes, je risque de passer ma vie sans jamais défaire ma valise. Si je fais porter la responsabilité sur les autres quand je trébuche sur des difficultés, mon conjoint, mon patron, le gouvernement, je risque de passer ma vie tout seul. Si j’accepte la situation et si je continue d’avancer quand je rencontre des obstacles, je risque d’avoir une vie fructueuse qui va m’aider à devenir quelqu’un de bien.
Beaucoup des grands personnages de l’histoire sont grands car ils avaient la force de caractère d’accepter les difficultés et de continuer quel que soit les obstacles. C’est de cela que Thomas Edison parlait quand il a dit: “Je n’ai pas échoué. J’ai simplement trouvé 10.000 solutions qui ne fonctionnent pas.” Et c’est l’exemple que Nelson Mandela a montré quand il a persévéré pendant 27 ans de prison, confiant que son jour arriverait.
Il y a un différence entre dire “Les meilleures choses ont une fin”, avec la tête baissée, le front plissé et la défaite dans la voix, et de le dire avec la tête haute, une lueur dans l’œil et la confiance dans la voix. Et il est bien d’ajouter, “Les pires aussi!”