Too happy?

cashier

(Descendez pour la traduction en français.)

On a recent day my Happiness Calendar said, “We never say that someone is too happy.” I looked at that and laughed. It immediately took me back about 15  to 20 years ago when I was taking one of the kids to the primary school one morning. We got to school and I went into the courtyard with him. I said good morning to his teacher with a smile.

She looked at me and said, “You’re always happy. That’s not normal.”

I don’t think my mouth fell open but I was speechless. I really didn’t know how to respond to her observation.

Since then I’ve come to understand yet another difference between the US and France; the way they look at happy, friendly people.

In the US it’s good to be happy and friendly. You go into a store and the cashier, who you have never seen before, starts talking to you like you’re an old friend. You might even laugh and joke a bit. You leave the store feeling good, the cashier is feeling good, everybody is happy.

A French person goes into a store in the US, the cashier tries being happy and friendly and the French person won’t open up feeling that this person is really strange. “I don’t know her, she doesn’t know me. What’s her problem?” The French person leaves the store feeling suspicious and skeptical about the cashier and the cashier is shocked by the snooty attitude of this foreigner.

The French look at someone who is too happy in one of two ways. Either the happy person is pretending to be happy to manipulate me, to get something out of me or the happy person is a naive idiot who is too stupid to realize that life is nothing to be happy about. In French, saying someone is ‘nice’ can be said to indicate he has a problem.

I imagine some of my French friends will say, “Oh, you are exaggerating!” To which I will reply, “Think about it for a moment and then tell me I’m wrong.”

Living in France has made me so used to an atmosphere where people have little contact and say nothing to each other, that when I go to the US and come across a friendly cashier, I find myself thinking, “These people are too much.” Then I catch myself and try to think, “Friendly is good, nice is good…”

So when I saw, “We never say that someone is too happy” on my Happiness Calendar, it made me wonder if this was really a French product. Maybe it came from Quebec…

2012-06-14-too-happy

Trop Heureux?

Il y a quelques jours mon Calendrier de Bonheur disait, “On ne dit jamais de quelqu’un qu’il est trop heureux”. J’ai lu ça et j’ai rigolé. Ça m’a rappelé une expérience il y a environ 15 à 20 ans quand j’amenais un des garçons à l’école primaire un matin. Nous sommes arrivés à l’école et je suis entré dans la cour avec lui. J’ai dit bonjour à la maîtresse avec un sourire.

Elle m’a regardé et elle a dit, “Vous êtes toujours heureux. Ce n’est pas normal.”

Je ne pense pas que ma bouche soit restée ouverte mais j’étais sans voix. Je ne savais pas comment répondre à une telle remarque.

Depuis, j’ai réussi à comprendre encore une différence entre les Français et les Américains; la façon dont ils voient les gens heureux et gentils.

Aux États-Unis c’est bien d’être heureux et gentil. Vous allez dans un magasin et la caissière, que vous n’avez jamais vu avant, commence à discuter avec vous comme si vous étiez un vieil ami. Peut-être même vous rigolez ensemble. Vous quittez le magasin et vous vous sentez bien, la caissière se sent bien, tout le monde est content.

Un Français va dans un magasin aux États-Unis, la caissière essaie d’être heureuse et aimable et le Français va rien exprimer, sentant que la caissière est bizarre. “Je ne la connais pas, elle ne me connaît pas. C’est quoi son problème?” Le Français quitte le magasin soupçonneux et dubitatif vis à vis de la caissière et la caissière est choquée par l’attitude de cet étranger.

Les Français regardent quelqu’un qui est trop heureux de deux façons. Soit la personne prétend être heureuse pour me manipuler ou pour obtenir quelque chose de ma part, soit cette personne heureuse est une idiote naïve trop bête pour comprendre que la vie est trop dure pour être heureuse. En France, dire que quelqu’un est “gentil” peut indiquer que la personne a un problème.

J’imagine que certains de mes amis français vont me dire, “Mais, tu exagères!” Ma réponse sera, “Réfléchissez un peu et puis dites-moi que j’ai tort.”

Habitant en France, je me suis tellement habitué à une ambiance où il y a peu de contact entre les gens et on ne discute pas, que quand je pars aux États-Unis et me trouve devant une caissière aimable, je pense “C’est gens en font trop!” Puis je me ressaisis et je me dis, “Aimable c’est bien, gentil c’est bien…”

Donc quand j’ai vu “On ne dit jamais de quelqu’un qu’il est trop heureux” sur mon Calendrier de Bonheur, je me suis demandé si c’était vraiment un produit français. Il vient peut-être du Québec…

Advertisements

Be happy today!

unhappyatwork

(Descendez pour la traduction en français.)

This morning my Happiness Calendar said, “Through hoping to be happy tomorrow, we forget to be happy today.”

I read this about 6:30 am and even that early I liked it. But I had a busy day ahead of me so off I went for a full day at the university, two and a half hours of oral exams in the morning, a two and a half hour final exam in the afternoon and then one hour more so two Monday students could make up the exam they missed. Then I was off to a meeting to plan the Sunday service at my church.

I got home a bit after 8 pm. I was tired. We had dinner and then I sat at my computer and I read my Happiness Calendar again: “Through hoping to be happy tomorrow, we forget to be happy today.”

I thought about how many people are always putting off their happiness till later. A lot of French people do this in their work life. They seem to think that you can’t be happy at work, you can only be happy when you go on vacation. They are always focused on their next vacation because then they will be able to enjoy themselves.

This is no way to go through life. To let day after day go by not feeling happy is enough to lead to depression or a nervous breakdown or divorce!

I find that rather sad. I’m a firm believer in being happy every day. Not necessarily something dramatic like winning the lottery or getting tickets to a concert that you’ve been waiting years to see. We need to find happiness in the small stuff. Seeing a sunrise, a sunset, a rainbow, a deer in a field, a hot-air balloon floating through the sky or watching happy children.

Children are incredible, they find happiness in anything. You give them a nice, big gift, they tear off the wrapping paper with a huge smile and they open it, look excited and start playing with the box like it’s the greatest thing since sliced bread. Children simply take in what life has to give them and find something wonderful (Let’s be realistic, I’m talking about happy children here. When they are not happy it’s a whole other story that I don’t want to get into…).

The point being that we need to keep that side of being happy like a child, to look at life and find joy in the small things. I am fortunate to be teaching at a university that has a lot of trees and bushes. Where I usually park there is even a row of kiwi bushes! Sometimes simply walking to or from my classes through the campus among the trees and fragrant bushes is enough to make me happy.

So, all of this flashed through my mind as I was sitting there tired and worn out in front of my computer, looking at my happiness calendar. It made me think, “Oh yeah, I was supposed to be happy today. Was I happy today?” And two things came to mind.

One was, as I finished the make-up exam and was ready to leave, I saw a colleague in the hallway. He arrived this morning as early as I did but he had to get up at 5:15 am, as he lives on the north side of Paris and our university is south-west of Paris. So I asked if he wanted me to take him to the train station. I could see he was happy that I offered as it’s about a fifteen minute walk and it was already dark out and only about 3° C (37° F°).

Then further up the hallway another colleague sticks her head out of her classroom and asks, “Can you take me, too???” “Of course,” I replied and off the three of us went. We talked a bit, I dropped them off at the station, they were happy and I was happy.

The second happy moment was when we had dinner this evening. We are very fortunate to usually have a really good atmosphere at the table when we eat. My son, 24, is a substitute English teacher (it runs in the family) and this evening he was telling us funny stories about his day. And then I told one or two from my day. We all laughed and enjoyed simply sharing dinner and conversation together.

So here I am in front of my computer and my Happiness Calendar really tired, but with a silly grin on my face thinking about those good moments during the day. And I can say that, yes, I am happy with my day and I feel good about it. What more can one ask of life!

 calvin&hobbesbox.jpg

Sois Heureux Aujourd’hui!

Ce matin mon calendrier du bonheur disait: “A force d’espérer être heureux demain, on en oublie de l’être aujourd’hui”.

J’ai lu ceci vers 6h30 du matin et même si tôt, j’ai trouvé ça bien. J’avais une journée remplie devant moi et je suis parti à la fac pour deux heures et demi d’examen oral le matin, un examen final de deux heures et demi l’après-midi suivi d’une heure de rattrapage pour deux étudiants de lundi qui n’étaient pas présents pour leur examen. Puis j’ai eu une réunion d’organisation pour le service du dimanche de mon église.

Je suis arrivé chez moi un peu après 20h. J’étais très fatigué. Nous avons mangé et puis je me suis installé devant mon ordinateur et j’ai relu mon calendrier du bonheur: “A force d’espérer être heureux demain, on en oublie de l’être aujourd’hui”.

J’ai pensé combien trop de personnes repoussent leur bonheur à plus tard. Beaucoup de Français font cela dans leur vie de travail. Ils semblent penser qu’on ne peut pas être heureux au travail, c’est seulement en vacances qu’on peut être heureux.

Ce n’est pas une bonne façon d’avancer dans la vie. De passer jours après jours  sans ressentir le bonheur pourrait amener quelqu’un vers la dépression, une crise de nerfs ou le divorce!

Je trouve ça plutôt triste. Je crois fermement à l’importance de trouver le bonheur dans la vie de tous les jours. Pas nécessairement quelque chose de dramatique comme gagner la loterie ou d’acheter les billets pour un concert qu’on veut voir depuis des années. Nous avons besoin de trouver le bonheur dans les petites choses. Voir un lever de soleil, un coucher de soleil, un arc en ciel, un cerf dans un champ, une montgolfière qui flotte dans le ciel ou de regarder des enfants heureux.

Les enfants sont incroyables, ils trouvent le bonheur partout. Vous leur donnez un bon, gros cadeau, ils arrachent le papier avec un grand sourire, ils sortent le jouet, ils ont l’air si excité et ils commencent à jouer avec la boite comme si c’était la meilleure chose qu’ils n’ont jamais vu. Les enfants ont la capacité de prendre ce que la vie leur donne et d’en faire quelque chose de formidable (Soyons réaliste, je parle ici des enfants heureux. Quand ils ne sont pas heureux, c’est toute une autre histoire et je ne veux pas aller dans cette direction…)

Le point est que nous avons besoin de garder cette capacité d’être heureux comme un enfant, de regarder la vie et de trouver le bonheur dans les petites choses. J’ai la chance d’enseigner dans une université qui a beaucoup d’arbres et d’arbustes. Là où je me gare habituellement il y a même une rangée d’arbustes de kiwi! Parfois simplement d’aller à pieds du parking à mes cours est assez pour me donner du bonheur.

Donc, tout cela m’est passé par l’esprit quand j’étais assis, fatigué et las, devant mon ordinateur regardant mon calendrier du bonheur. Ça m’a fait réfléchir, “Ah, oui,  j’aurais du trouver du bonheur aujourd’hui. Est-ce que je l’ai trouvé?” Et deux choses me sont venues à l’esprit.

La première, c’est quand j’ai terminé le rattrapage et que j’étais sur le point de partir, j’ai vu un collègue dans le couloir. Il est arrivé ce matin aussi tôt que moi mais lui, il a du se lever à 5h15, car il habite le coté nord de Paris et notre fac est au sud-ouest de Paris. J’ai demandé s’il voulait que je l’amène à la gare. J’ai vu qu’il était content parce que c’est à 15 minutes de marche, la nuit était déjà tombée et il ne faisait que 3° C dehors.

Puis un peu plus loin dans le couloir une autre collègue sort sa tête de sa salle de classe et demande, “Tu peux m’amener aussi?” “Bien sûr”, j’ai répondu et nous nous sommes mis en route. Nous avons discuté un peu, je les ai déposé à la gare, ils étaient heureux et j’étais heureux.

Le deuxième moment de bonheur ce fut le diner ce soir. Nous avons la chance de souvent avoir une bonne ambiance à table quand nous mangeons. Mon fils, 24 ans, est un professeur remplaçant  dans un lycée (nous avons l’anglais dans le sang) et ce soir il racontait des histoires drôle sur sa journée au lycée. Puis j’ai raconté une ou deux de ma journée. Nous avons bien rigolé et nous avons simplement passé un diner et une conversation agréable.

Donc me voici, avec un sourire bête, en pensant à ces bons moments pendant ma journée. Et je peux dire que, oui,  je suis content avec ma journée et je me sens bien. Quoi de plus peut-on demander de la vie?